Aug 5, 2012

SERIE SPECIAL PARENTS POUR RAMADAN : VOTRE AMOUR POUR LUI EST DE L’AMOUR POUR EUX

By Umm Sulaym
Translated by Marwa Abrouche
Read the original article HERE


Bismillah

Du plus profond de moi, du plus profond de mon être, jaillit la Fontaine de Ton Amour.

Des heures les plus noires de ma vie, des endroits les plus sombres du temps, je m’élève toujours dans Ton Amour.

Comment pourrais-je ne pas aimer ceux que Tu as créés pour que moi seule les aime ?

Comment pourrais-je ne pas faire tout mon possible pour renforcer mon lien avec Toi en chérissant ceux qui m’ont nourrie de leur amour ?

Car mon amour pour Toi est de l’amour pour eux…

Et T’adorer est leur obéir…

Assalam alaykoum wa rahmatoullah mes très chères sœurs,

Le Ramadan est à notre porte. Nous nous empressons de lui ouvrir pour accueillir chaleureusement ce Nouvel Invité. Pour ouvrir la porte, pour libérer nos mains, nous nous débarrassons de tout ce que nous avons. Nous nous sentons fiers de nous lorsque nous finissons le Coran mais nous ne nous rendons pas compte que les paroles d’Allah (soubhana wa ta’ala) viennent de nous maudire car nous n’avons pas pris le temps de suivre Ses Commandements. Nous jeûnons mais nous perdons patience. Nous offrons la Sadaqa (aumône volontaire) à ceux que nous ne connaissons pas sans poser de questions mais nous regardons de haut ceux qui vivent sous notre toit lorsque nous leur donnons. Nous sommes prêtes à suivre les ordres de notre chef d’équipe à la lettre au travail, ou même dans nos activités bénévoles, mais quand nos parents nous demandent une faveur lorsque nous sommes sur l’ordinateur, nous devenons les plus lents des paresseux de la Terre. Et dès que ça ne nous plaît pas, on rejette nos responsabilités d’un haussement d’épaules en disant :

« Ma mère n’a jamais été là pour moi lorsque j’en avais le plus besoin. Pourquoi devrais-je m’en soucier ? »

« Mon père ne nous a pas autorisés à nous marier alors qu’il est un frère si pieux. Il n’a eu aucune considération pour mes sentiments. Comment pourrais-je jamais lui pardonner ? »

« Mes parents m’ont maltraitée émotionnellement et ont été incapables de m’aider à avoir de l’estime pour moi dans mon enfance. Je n’ai aucune envie de les respecter. »

Nous ne verbaliserons peut-être pas ces pensées de cette manières mais elles sont pourtant bien présentes dans l’esprit de certains, ce qui les empêche de remplir leurs obligations. Pourquoi est-ce un fardeau d’aimer ceux qu’Allah nous a demandé d’aimer ? Parce que nous ne les aimons pas réellement pour Allah soubhana wa ta’ala. Parce que nous ne pensons qu’à ce que nous pouvons obtenir et pas à ce que nous pouvons donner. Nous oublions que nous devrons répondre de nos actes et non pas de la manière dont les gens se sont comportés envers nous.

Abou Bakr bin ‘Ayyash a dit :
« J’avais pour habitude de m’assoir près de Mansour (un savant) dans sa maison et entendait sa mère, qui était bruyante et grossière, lui crier, ‘O Mansour ! Ibn Hurayrah (le gouverneur d’Irak à cette époque) t’a nommé juge mais tu as refusé.’ Mansour ne la regardait même pas dans les yeux par respect pour elle. » [Al Birr wa as-Silah, Ibn al Jawzi, p.85]

Le mois de Ramadan est le moment durant lequel la plupart d’entre nous s’empresse d’essayer d’accomplir un maximum d’actes d’Ibada chaque jour. Nous devenons encore plus avenantes envers nos frères et sœurs. Nous ne devons pas oublier que lorsqu’il s’agit d’actes méritoires, il est important de se souvenir que ceux qui méritent le plus notre compassion et notre amour sont nos parents. Non, je ne vais pas faire pleurer dans les chaumières pour vous encourager à être bonne envers eux. Je vais tout simplement vous exposer certains faits pour vous faire réagir. Faites-moi confiance, vous n’avez aucune envie de manquer ce qui va suivre dans cet article.

Allah soubhana wa ta'ala dit dans le Coran :
Ton Seigneur t’ordonne de n’adorer que Lui, de traiter avec bonté ton père et ta mère. Et si l’un d’eux ou tous les deux atteignent, auprès de toi, un âge avancé, ne leur dis pas : « Fi !» Ne leur manque pas de respect, mais adresse-leur des paroles affectueuses ! Et par miséricorde, fais preuve à leur égard d’humilité et adresse à Dieu cette prière : « Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux comme ils l’ont été envers moi, quand ils m’ont élevé tout petit ! » [Sourate du Voyage Nocturne (Al Israa), 17:23-24]

Nous lisons article après article, faisons des recherches et projetons d’avoir le meilleur des Ramadans possible, mais réfléchissons-nous un peu à la relation que nous avons avec nos parents ? Le plus ironique, c’est qu’on voit souvent certaines sœurs rêver de créer leur propre foyer musulman (se marier, avoir des enfants, etc…) alors qu’elles ne sont même pas capables d’entretenir et de faire preuve d’Ihsan (bienfaisance) dans la relation dont Allah, soubhana wa ta'ala, les a comblées.

Pourquoi fais-je le lien entre le Ramadan et le fait d’être dévouée envers ses parents ?

Il est écrit dans le tafsir d’Ibn Kathir à propos du verset ci-dessus que :

De nombreux hadiths parlent du respect envers les parents, comme le hadith rapporté à travers de nombreuses chaînes de narration par Anas et bien d’autres, qui affirment que le Prophète, salAllahou alayhi wa sallam, monta un jour au Minbar, et dit : « Amine, Amine, Amine. » On lui demanda : « Ô Messager d’Allah, pourquoi as-tu dit Amine ? » Il répondit : « Jibril est venu à moi et a dit : « Ô Mouhammad, quiconque entend ton nom sans faire de salutations sur toi, qu’il entre en enfer et soit privé de la miséricorde d’Allah. » Il dit : « Dis Amine, » et j’ai donc dit : « Amine ». Puis il dit : « Quiconque parvient au mois de Ramadan et meurt sans que ses péchés ne lui soient pardonnés, qu'il entre en enfer et soit privé de la miséricorde d'Allah. » Il dit : « Dis Amine, » et j’ai donc dit : « Amine ». Puis, il dit : « Quiconque vieillit et ses deux parents, ou l’un d’entre eux, sont encore en vie et il ne leur permet pas de rentrer au Paradis, qu’il entre en enfer et soit privé de la miséricorde d’Allah. » Il dit : « Dis Amine, » et j’ai donc dit : « Amine ». [i]

Vous voulez savoir pourquoi il est important de se hâter d’être dévoué à ses parents avant de se consacrer à d’autres bonnes actions ? Parce que si vous les effectuez dans un autre ordre, vos actes deviennent INUTILES !

Le Prophète, salAllahou alayhi wa sallam, a dit : « Trois actes rendront nulles les actions d’une personne : attribuer des associés à Allah, le ouqouq (l’ingratitude) envers ses parents, et fuir le champ de bataille. » [at-Tabarani]

Une brève définition de ‘ouqouq est le fait d’être irrespectueux, méchant et ingrat. Parmi les sortes de ‘ouqouq, on peut citer : causer du chagrin et de la peine à ses parents à cause d’une parole ou d’un acte (les faire pleurer), faire quelque chose de répréhensible devant eux (des actes immoraux et haram), renier ou abandonner ses parents, s’abstenir de rester régulièrement en contact avec ses parents, souhaiter « se libérer » de parents qui sont stricts dans leur manière de vous punir pour vous encourager à faire le bien.

Deux faveurs que nous recherchons d’Allah, soubhana wa ta’ala, pendant le Ramadan peuvent être multipliées en étant dévouée à ses parents :

1. Nous voulons toutes que nos dou’as soient acceptés, particulièrement pendant ce mois de Ramadan. Vous voulez en savoir plus sur la personne que RasoulAllah, salAllahou alayhi wa sallam, a reconnu comme étant celle de qui les dou’as seront acceptés ?

Asir ibn Jaabir, radhiAllahou `anhou, rapporta : Chaque fois que des gens venaient au Yémen, ‘Omar, radhiAllahou ‘anhou, leur demandait : « Est-ce que Uways Al-Qarni est parmis vous ? », jusqu’à ce qu’une année, il rencontra Uways. Il dit : « Es-ce que tu es Uways Al-Qarni ? » Il dit : « Oui. » ‘Omar continua : « De Mourad, puis de Qaran ? » Il dit : « Oui. » ‘Omar demanda alors : « Et tu avais bien une lèpre dont tu as été guéri, sauf pour l'équivalent de l’espace d’une pièce d'un dirham ? » Uways répondit : « Oui. »’Omar demanda finalement : « Ta mère est-elle encore en vie ? » Il dit : « Oui. » ‘Omar dit alors : « J’ai entendu le Messager d’Allah – SalAllahou alayhi wa sallam – dire ‘Uways ibn Aamir viendra vers vous avec des délégations du Yémen, puis de Mourad, puis de Qaran. Il avait une lèpre dont il avait été guéri, sauf l'équivalent de l’espace d’une pièce d'un dirham. Il a une mère, et il se montre bon envers elle. S’il devait un jour jurer par Allah (à propos de quelque chose), Allah respecterait son serment. Si vous pouvez, demandez-lui d’implorer le pardon pour vous. » ‘Omar demanda alors à Uways : « Implore pour moi le pardon. » Et Uways Al-Qarni l’implora. [Sahih Mouslim][ii]

Notez qu’Uways Al-Qarni avait eu l’occasion de quitter sa mère pour rencontrer RasoulAllah, salAllahou alayhi wa sallam, mais il déclina. Qu’est-ce qui pouvait être plus important que de rencontrer le bien-aimé Prophète, salAllahou alayhi wa sallam ? Et pourtant, il resta près de sa mère ! SoubhanAllah !

2. Nous cherchons à atteindre la Paradis en défendant les droits de l’homme, en manifestant et en se levant contre les injustices. Et si nous respections d’abord les droits de ceux dont nous partageons le toit ?

Le Prophète, salAllahou ‘alayhi wa sallam, considérait cela comme les meilleurs des actes après la prière, et le Prophète, salAllahou ‘alayhi wa sallam, entendit la récitation de Haritha ibn al-Nu’man au Paradis et dit : « Il a atteint ce niveau (au Paradis) pour avoir honoré sa mère. » Rapporté par Ibn Wahb dans al-Jaami’ (22) ; classé sahih par al-Albani dans ‘al-Silsilah al-Sahihah’ (913).[iii]

Choses à faire ce Ramadan pour améliorer la relation à vos parents :

Par défaut : vous êtes sensée satisfaire tous leurs besoins et exigences sauf ceux qui sont contre notre religion. Demandez-leur de vous pardonner surtout pendant ce mois de Ramadan. S’ils sont en colère ou contrariés, n’attendez pas de leur demander pardon, repentez-vous et faite-les rire. Ne faites rien qui puisse les contrarier comme de voyager lorsqu’ils s’y opposent, etc… Effectuez des bonnes actions anonymes de leur part comme de distribuer des informations sur l’Islam. Plusieurs hadiths abordent cette question, alors faites vos recherches !

Si vous vivez avec eux :

  • Préparez un bon souhour pour eux et amenez-le leur dans leur chambre.
  • Mettez de l’‘Itr (du parfum) sur votre père lorsqu’il part pour Tarawih and sur votre mère lorsqu’elle prie à la maison.
  • Demandez-leur de vous enseigner quelque chose sur l’Islam, même si vous êtes un savant musulman. Cela les aidera à se sentir importants. Ou demandez-leur quelque chose sur l’Islam dont vous pensez qu’ils pourront vous répondre même si vous connaissez la réponse, pour la même raison. Et écoutez leur réponse comme si vous ne l’aviez jamais entendue auparavant. Ils se sentiront très respectés si vous les écoutez attentivement et ressentirons votre respect pour leur savoir bien que vous ne soyez plus un petit enfant.
  • Offrez-leur un massage des pieds ou des épaules surtout après Tarawih. Étalez de la crème ou une lotion sur leurs pieds pour leur montrer que vous êtes capables de vous humilier pour montrer que vous vous souciez d’eux.
  • Repassez leurs vêtements et rangez leur espace de travail à leur insu (bien entendu, sans pour autant violer leur droit à la vie privée).
  • Réservez un certain moment de la journée pour leur parler de choses dont ils ont envie de parler. Vous pourrez ainsi montrer que vous vous intéressez à leur vie.
  • Embrassez-les en toute occasion et n’hésitez pas à parler à cœur ouvert avec eux (poliment évidemment).


Si vous ne vivez pas avec eux :
  • Envoyez une carte réelle ou virtuelle pour le Ramadan, remplie de dou’as pour eux, les remerciant pour toutes les fois où ils vous ont aidée à passer un bon Ramadan lorsque vous étiez enfant. Rappelez-leur toutes les bonnes choses qu’ils ont faites pour vous et assurez-leur que vous n’avez pas oublié toutes ces petites choses.
  • Envoyez-leur des fleurs en leur souhaitant un très bon Ramadan ou allez-leur rendre une visite surprise avec un repas d’Iftar tout prêt.
  • Appelez-les aussi souvent que vous pouvez et prêtez-leur une oreille attentive. Ne blessez pas leur ego en les plaignant.
  • Respectez leurs amis proches et les membres de leurs familles élargies en les appelant. Le respect pour vos parents aux yeux de ces gens en sera accru et les liens entre vos parents et eux en seront renforcés.
  • Si vous avez des enfants, faites-les aimer leurs grands-parents. Demandez-leur de faire différents travaux manuels et envoyez-les par courrier à leurs grands-parents.
  • Si vos parents ne sont pas musulmans, vous pouvez leur faire la Dawah en étant très gentille envers eux et en leur disant que l’Islam prône la bonté envers les parents quel que soit leur religion.


S’ils sont décédés :

  • Faites des dou’as pour eux (vous devez d’ailleurs faire des dou’as pour eux, qu’ils soient décédés ou non)
  • Amir bin Abdullah bin Az-Zubair a dit : « J’ai passé l’année qui a suivi la mort de mon père à invoquer Allah pour son pardon. » [Birr-oul-Walidayn, Ibn al Jawzi, p.78]
  • Respectez leurs serments et leurs promesses (leur testament, etc…).
  • Faites le Hadj de leur part.
  • Commencez un acte de charité perpétuelle de leur part, telle que le forage d’un puits, la construction d’une mosquée, d’un centre islamique, d’une bibliothèque islamique, d’un hôpital islamique, d’un orphelinat, etc.
  • Soyez généreuse envers leurs amis, envoyez-leur des cadeaux et invitez-les à partager l’Iftar.
  • Enseignez à vos enfants et aux enfants des autres le respect envers leurs parents.


LE PLUS IMPORTANT : Faites tout ça pour Lui sans rien demander en retour en vous préparant mentalement au fait que le chemin vers la vertu est semé d’épreuves affectives sur lequel les sincères et les véridiques se distinguent des menteurs et des hypocrites.

Les hommes s’imaginent-ils qu’on les laissera dire : « Nous croyons » sans les mettre à l’épreuve? Nous avons déjà mis à l’épreuve ceux qui les ont précédés. Dieu connaît parfaitement ceux qui disent la vérité et ceux qui ne font que mentir [Sourate de l’Araignée (Al Ankabout), 29:2-3]

Rabbi Irham-houmaa Kama Rabba-yaani saghira

Et par miséricorde, fais preuve à leur égard d’humilité et adresse à Dieu cette prière : « Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux comme ils l’ont été envers moi, quand ils m’ont élevé tout petit ! » [Sourate du Voyage Nocture (Al Isra), 17:24]

Renforçons la relation que nous avons avec nos parents afin que toutes nos bonnes actions soient acceptées ce Ramadan inchaAllah !

Et Allah, soubhaana wa ta'aala, sait mieux.

Fraternellement,
-Umm Sulaym

P.S. : Pour en savoir plus sur la bonté envers les parents, veuillez vous référer à ce formidable e-book.

J’aimerais beaucoup connaître votre avis sur cet article. Veuillez partager vos commentaires ci-dessous J.

[i] My own translation
[ii] My own translation
[iii] My own translation

0 comments:

Post a Comment